JULIEN ELIE, RÉALISATEUR DE SOLEILS NOIRS

Naissance au début des années 70 près du chemin de la Côte-des-neiges à Montréal. Il fait ses débuts au cinéma avec un court métrage de fiction, JUSQUIAME NOIRE, toujours inachevé. Après avoir séjourné en 1997 au Rwanda aux côtés du prêtre croate Vjeko Curic, assassiné quelques mois plus tard, il réalise CELUI QUI SAVAIT, un film-enquête sur les crimes politiques dans la région. À la fin des années 90, il entretient une correspondance avec le condamné à mort Farley C. Matchett, et réalise en 2002 LE DERNIER REPAS, une plongée au cœur de Huntsville, Texas, capitale de la peine de mort aux États-Unis. Au passage de la trentaine, il s’égare dans un blizzard. Il en réchappe plusieurs années plus tard, débouchant quelque part au Mexique. Il s’aventure alors en quête d’un hôtel abandonné des montagnes du Michoacán, là où Luis Buñuel partait écrire ses scénarios. C’est peut-être du haut de ces falaises qu’émerge le canevas de SOLEILS NOIRS.